Rendez-vous contact - Accès

Medecine

  Daniela Mitkovska

Photo identité Daniela Mitkovska




- Médecin résidente spécialiste en Médecine Physique et de Réadaptation à CHU Brugmann, Bruxelles, jusqu'à fin 2019

- Membre certifié de la Société Européenne de Médecine Physique et de Réadaptation (ESPRM), depuis 2014

RDV Consultation


0476 941660
daniela.mitkovska@cmmsj.be

Horaire de consultation

Merci de me contacter

- Diplôme d’Études Spécialisée en Médecine Physique et de Réadaptation à l'Université de Ljubljana, Slovénie, 2015

- Expérience comme médecin généraliste, jusqu'à 2010

- Diplôme de Docteur en Médecine (MD), en 2002

Mes Pratiques

La mission du médecin spécialiste en médecine physique et de réadaptation concerne le diagnostique, le traitement et la réadaptation des affections surtout de l’appareil locomoteur et neurologique, concevoir et coordonner les programmes de rééducation et de réadaptation ainsi que la prescription des orthèses, accessoires et chaussures orthopédiques.

Les principaux diagnostics traités au cabinet de médecin spécialiste en médecine physique et de réadaptation sont les maux de dos et de cou de diverses origines, les tendinites, les arthrites et autres problèmes articulaires, revalidation post-traumatique et des séquelles de fractures ou d’entorses, les névrites et névralgies, les affections musculaires et l'ostéoporose.

Le spécialiste en médecine physique réalise un bilan fonctionnel complet du patient afin de permettre une orientation thérapeutique optimale.

La douleur du bas de dos - lombalgie est une des raisons les plus fréquentes de consultation chez le médecin spécialiste en médecine physique et de réadaptation. Dans certains cas, cette douleur se prolonge et elle devient persistante et chronique limitant toutes les sphères d’activité du quotidien.

Quelles sont les causes des maux du bas du dos ? Ce sont l'arthrose des articulations de vertèbres spinales, protrusions discales, hernies discales, contractures musculaires, un accident, l’ostéoporose, une maladie organique etc.

Qu’en est-il de l’activité physique en contexte de douleur persistante ?

Chez tous, la bonne dose et le choix d’activités physiques amène son lot de bienfaits. Parmi ceux-ci, nous pouvons mentioner le maintien de la force et de la souplesse musculaire. Cela permet également d’améliorer le sommeil et le sentiment de bien-être. Cela réduit ainsi la douleur via un mécanisme de relâchement d’opiacés créés par notre propre corps, les bêta-endorphines. Prescrire un programme d’exercices de renforcement et d’étirement, pourrait aider ces personnes à augmenter leur condition physique, et ceci sans augmentation de la douleur.
L’important est de bien graduer le programme d’exercices. Nous pourrons aussi modifier le programme selon l’évolution de la condition si nécessaire.

Plus de 80% de la population peut avoir des douleurs de bas du dos pendant la vie.

La radiculopathie lombaire, connue très souvent comme la sciatique, correspond à un cortège de symptômes comprenant une douleur du dos et une douleur du membre inférieur émanant des racines nerveuses lombaires. En plus de la douleur, les patients peuvent éprouver un engourdissement, une faiblesse et une perte de réflexes. Les causes de radiculopathie lombaire sont l’hernie discale, une sténose foraminale, une tumeur, une ostéophytose et rarement une infection.

Le canal lombaire étroit est la conséquence d'un rétrécissement congénital ou acquis du canal vertébral. Il se présente avec une douleur et une faiblesse des jambes lors de la marche. Cette douleur neurogène est appelée claudication intermittente médullaire. La douleur des membres inférieurs émane des racines nerveuses lombaires. Le patient peut éprouver un engourdissement, une faiblesse et une abolition des réflexes.
Les causes du canal lombaire étroit comprennent une protrusion ou une hernie discal, une arthropathie des facettes articulaires postérieures, ainsi qu'un épaississement et une déformation des ligaments jaunes. Une urgence neurochirurgicale résulte de la situation ou les racines nerveuses spinales lombaires sont compresses. La conséquence est une myelopathie lombaire ou un syndrome de queue du cheval avec le déficit moteur des membres inférieurs et des symptômes intestinaux et vésicaux.

Le syndrome du muscle grand dorsal est relatif au développement d'un syndrome douloureux myofascial, la plupart de temps du à des microtraumatismes répétés du muscle du fait d'activités comme l'usage énergique d'appareils de musculation, ou de tâches qui nécessitent un mouvement vers l’avant et vers le haut, ainsi qu'un traumatisme fermé du muscle. Un syndrome douloureux myofascial correspond à un syndrome douloureux chronique qui affecte un point précis ou une région du corps. Le diagnostic repose d'abord sur la mise en évidence de points gâchettes myofasciaux à l'examen physique.

La névralgie cervicobrachiale se manifeste par une douleur neurogène du cou et une douleur du membre supérieur émanant des racines nerveuses cervicales. Le patient peut éprouver un engourdissement, des picotements, des paresthésies dans la territoire de la (ou des) racine(s) nerveuse(s) affectée(s), une faiblesse, et une perte des réflexes de membre supérieur. Les causes incluent une hernie discale, une sténose foraminale, une tumeur, une ostéophytose et rarement une infection.

Le syndrome des facettes articulaires cervicales consiste en une douleur mal définie et sourde du cou, de la tête, de l'épaule et du membre supérieur proximal qui irradie sans attendre un dermatome particulière. Latérale ou bilatérale, elle est exacerbée par la flexion, l'extension et l'inclination latérale du rachis cervical.
On traite aussi la fibromyalgie de la musculature cervicale, bursite interspineuse cervicodorsale et plexopathie brachiale.

La tendinite de la coiffe des rotateurs survient lorsque le tendon est surutilisé à la suite de la répétition fréquente de gestes effectués de manière incorrecte, une variation trop rapide de l’intensité d’un effort imposé à une articulation mal préparée (par manque de force ou d’endurance). Très souvent, on retrouve un déséquilibre entre les muscles qui « tirent » l’épaule vers l’avant (qui sont généralement forts) et les muscles à l’arrière (plus faibles). Ce déséquilibre amène l’épaule dans une position inadéquate et entraîne un stress supplémentaire sur les tendons, les rendant plus fragiles. Le déséquilibre est souvent accentué par une mauvaise posture.

« Shoulder impingement syndrome » (SIS) est descriptif et se rapporte au pincement des tendons et de la bourse séreuse de la coiffe des rotateurs entre les os (dans l’espace sous-acromial). Dans les cas les plus aigus, le SIS associe une inflammation des tendons de la coiffe des rotateurs (tendinite) et une inflammation de la bourse séreuse à proximité de ces tendons (bursite).
Dans de nombreux cas de SIS, l’espace sous-acromial est réduit en raison de la forme des os différente de celle observée chez des témoins sains.
La pathologie est souvent le résultat d’une lésion initiale qui déclenche le processus inflammatoire. Ce dernier peut entraîner un épaississement des tendons ou de la bourse séreuse, l’accroissement de leur volume provoquant un pincement de ces structures anatomiques intensifiant, de fait, l’inflammation.
Des gestes répétitifs au niveau ou au-dessus de l’épaule pendant l’activité professionnelle ou la pratique d’un sport (y compris la natation, le lancer, le tennis, l’haltérophilie, le golf, le volley-ball et la gymnastique) représentent le principal facteur de risque du SIS. La prédisposition au SIS augmente avec l’âge. En matière de traitement, on distingue trois stades d’évolution différents du SIS :

• Stade 1 (inflammation aiguë, œdème et hémorragie de la coiffe des rotateurs) : approche thérapeutique conservatrice comprenant du repos, l’application de glace, des séances de kinésithérapie et la prescription d’anti-inflammatoires non stéroïdiens ;

• Stade 2 (dans la continuité du stade 1, le tendon de la coiffe des rotateurs évolue vers une fibrose et une tendinite) : approche thérapeutique conservatrice, thérapie par ondes de choc radiales (TOCR) ou chirurgie en cas d’échec de l’approche conservatrice et de la TOCR ;

• Stade 3 (rupture mécanique du tendon de la coiffe des rotateurs et/ou altération de la voûte acromio-coracoïdienne avec les ostéophytes de l’acromion antérieur) : chirurgie.

Le syndrome de muscle deltoïde est un syndrome douloureux myofascial. Les lésions d'étirement ou un choc sur le muscle par mouvements de flexion-extension et latéraux durant la pratique du sport, ou bien les microtraumatismes répétés dus à des activités professionnelles qui nécessitent de porter des charges pendant longtemps.

Affections du coude

Le syndrome de muscle ancone et le syndrome de muscle supinateur sont des syndromes douloureux myofasciaux qui sont la plupart de temps dues à des microtraumatismes répétés du muscle du fait d’activités comme le repassage, se servir d'un tournevis, les poignées de mains ou le bêchage.
On traite aussi l'arthropathie du coude et l'affection post-traumatique du coude.

Affections de la main

Le syndrome de canal carpien est une pathologie fréquente, souvent négligée. Il se produit lorsque le nerf médian qui traverse le poignet se trouve comprimé dans son canal, le tunnel carpien. La compression affecte la fonction sensitive et motrice de la main, pouvant causer des engourdissements, des douleurs, l'incapacité d'effectuer certains mouvements. Dans la majorité des cas, la maladie est bilatérale, c'est-à-dire qu'elle touche les deux mains.

L'arthrose du pouce, ou rhizarthrose, représente environ un tiers des cas d'arthrose. Souvent d'origine professionnelle, elle touche davantage les femmes que les hommes, et en particulier au-delà de 50 ans. Elle est particulièrement douloureuse et invalidante. La rhizarthrose peut être accompagnée d'une tendinite. Un terrain génétique n'est pas à exclure.
Les mouvements répétés sont une cause bien connue : taper sur un clavier d'ordinateur, cuisiner, coudre, écrire, bricoler, nettoyer, pratiquer certains sports...
Les symptômes : les mouvements à répétition deviennent très douloureux, conduire ou s'habiller, ouvrir une porte ou une bouteille, se coiffer ou faire le ménage peut paraître insurmontable. Il peut apparaitre une raideur du pouce (surtout à la base), vives douleurs à la base du pouce. A long terme, on peut observer une déformation du doigt qui se rétracte vers l'intérieur de la main.

Fibromyalgie est une affection qui se caractérise par une douleur musculo-squelettique chronique, qui s’accompagne souvent de symptômes comme une grande fatigue, des troubles du sommeil, des céphalées, une dépression ou de la rigidité articulaire. Les scientifiques ne parviennent pas à déterminer son étiologie, car cette pathologie présente un très grand nombre de symptômes différents.
Les traitements actuels permettent d’offrir une meilleure qualité de vie aux patients souffrants, sans négliger l’aspect psychologique de leur affection.


Ostéoporose est une maladie chronique, qui fragilise les os. Quand la destruction du tissu osseux prend le pas sur sa formation, sa masse totale diminue. La conséquence est un risque accru de fracture. L'ostéoporose est particulièrement fréquente chez les femmes après la ménopause, mais peut également toucher les hommes. Heureusement, des solutions existent pour prévenir et traiter l'ostéoporose.

About

- Resident doctor specialized in physical medicine and rehabilitation at CHU Brugmann, Brussels, until the end of 2019
- Specialist diploma in Physical Medicine and Rehabilitation at the University of Ljubljana, Slovenia, 2015
- Certified member of the European Society of Physical and Rehabilitation Medicine (ESPRM), since 2014
- Experience as a general practitioner, until 2010
- Doctor of Medicine (MD) diploma, in 2002

The mission of the doctor specializing in physical medicine and rehabilitation concerns the diagnosis, treatment and rehabilitation of disorders, especially of the musculoskeletal and neurological system, designing and coordinating rehabilitation and rehabilitation programs, prescription of orthoses, accessories and orthopedic shoes.

The main diagnoses treated in a doctor's office specialist in physical medicine and rehabilitation are back and neck pain of various origins, tendonitis, arthritis and other joint problems, post-traumatic rehabilitation and consequences of fractures or sprains, neuritis and neuralgia, muscle disorders and osteoporosis.

The physical medicine specialist performs a complete functional assessment of the patient in order to allow optimal therapeutic orientation.

Lower back pain is one of the most common reasons for consultation with doctor specialist in physical medicine and rehabilitation. In some cases, this pain is prolonged, it becomes persistent and chronic limiting all spheres of everyday life.

What are the causes of lower back pain? They include osteoarthritis of the joints of the spinal vertebrae, disc protrusion, herniated disc, muscle contractures, accident, osteoporosis, organic disease etc.

What about physical activity in the context of persistent pain?

For everyone, the right dose and the type of physical activity brings its share of benefits. Among these, we can count the maintenance of muscle strength and flexibility. It also tends to improve sleep and a feeling of well-being. This reduces pain via a release mechanism of opiates created by our own body, beta-endorphins. Prescribing a strengthening and stretching exercise programme could help these people improve their physical condition, without increasing the pain. The important thing is to properly graduate the exercise programme. We can also modify the programme according to the evolution of the condition if necessary.

More than 80% of the population may suffer from lower back pain during their lifetime.

The lumbar radiculopathy, commonly known as sciatica, corresponds to a series of symptoms including back pain and pain of the lower limb emanating from the lumbar nerve roots. In addition to pain, patients may experience numbness, weakness, and loss of reflexes. The causes of lumbar radiculopathy are herniated disc, foraminal stenosis, tumor, osteophytosis and, rarely, an infection.

The lumbar canal stenosis is the consequence of a congenital or acquired narrowing of the vertebral canal. It comes with pain and weakness of the legs when walking. This neurogenic pain is called intermittent spinal claudication. Pain in the lower limbs stems from the lumbar nerve roots. The patient may experience numbness, weakness and loss of reflexes. Causes of the local lumbar canal include a protrusion or herniated disc, arthropathy of the posterior facet joints, as well as thickening and deformation of young ligaments.
A neurosurgical emergency is the situation when the lumbar spinal nerve roots are compressed, the consequence of which is lumbar myelopathy or ponytail syndrome with motor deficit of the lower limbs and intestinal and bladder symptoms.

The large dorsal muscle syndrome is subject to the development of myofascial pain syndrome, most of the time due to repetitive strain injuries of the muscle due to activities such as the energetic use of weight machines, or tasks that require forward and upward movement, as well as a closed muscle trauma. Myofascial pain syndrome is a chronic pain syndrome that affects a specific point or region of the body. The diagnosis is based first on the identification of myofascial trigger points during a physical examination.

Cervicobrachial neuralgia presents with neurogenic neck pain and upper limb pain stemming from the cervical nerve roots. The patient may experience numbness, tingling, paraesthesia in the area of the affected nerve root(s), weakness, and loss of upper limb reflexes. Causes include a herniated disc, foraminal stenosis, a tumour, osteophytosis and, rarely, an infection.

Cervical facet joint syndrome consists of ill-defined, dull pain in the neck, head, shoulder and proximal upper limb that radiates without waiting for a particular dermatome. Lateral or bilateral, it is exacerbated by the flexion, extension and lateral inclination of the cervical spine.
We also treat fibromyalgia of the cervical musculature, cervical sprain, interspinous cervicodorsal bursitis and brachial plexopathy.

Rotator cuff tendonitis occurs when the tendon is overused as a result of frequent repetition of incorrectly performed gestures, too fast a variation in the intensity of an effort imposed on a poorly prepared joint (due to lack of strength or endurance).
Very often, there is an imbalance between the muscles that 'pull' the shoulder forward (which are generally strong) and the muscles at the back (which are weaker).
This imbalance brings the shoulder into an improper position and puts additional stress on the tendons, making them more fragile. The imbalance is often accentuated by poor posture.

Shoulder iminflammation of the serous bursa near these tendons (bursitis). In many SIS cases, the subacromial space is reduced due to the different bone shape from that seen in healthy controls.
Pathology is often the result of an initial lesion that triggers the inflammatory process. The latter can lead to a thickening of the tendons or the bursa, the increase in their volume causing a pinching of these anatomical structures, which actually intensifies the inflammation.
Repetitive gestures at or above the shoulder level during professional activity or sport (including swimming, throwing, tennis, weightlifting, golf, volleyball and gymnastics) are the main risk factors for SIS. The predisposition to SIS increases with age. In terms of treatment, there are three different stages of SIS evolution:

• Stage 1 (acute inflammation, edema and hemorrhage of the rotator cuff): conservative therapeutic approach including rest, application of ice, physiotherapy sessions and prescription of non-steroidal anti-inflammatory drugs;

• Stage 2 (following stage 1, the rotator cuff tendon progresses to fibrosis and tendinitis): conservative therapeutic approach, radial shock wave therapy (RSWT) or surgery if the conservative approach and RSWT fail;

• Stage 3 (mechanical rupture of the rotator cuff tendon and/or alteration of the acromio-coracoid vault with osteophytes of the anterior acromion): surgery.

Deltoid muscle syndrome is a myofascial pain syndrome. Stretching lesions or a shock to the muscle by flexion-extension and lateral movements during the practice of sport, or repetitive strain injuries due to professional activities that require carrying loads for a long time.

Elbow Conditions

Anconeus muscle syndrome and supinator muscle syndrome are painful myofascial syndromes that are mostly caused by repetitive strain injury to the muscle due to activities such as ironing, using a screwdriver, handshakes or digging. We also treat arthropathy of the elbow and post-traumatic affection of the elbow.

Hand Conditions

Carpal tunnel syndrome is a common condition, often overlooked. It occurs when the median nerve that crosses the wrist is compressed in its canal, the carpal tunnel. Compression affects the sensory and motor function of the hand, which can cause numbness, pain, inability to perform certain movements. In the majority of cases, the disease is bilateral, that is, it affects both hands.

Arthritis of the thumb, or rhizarthrosis, is for about a third of cases of arthritis. Often of professional origin, it affects women more than men, and in particular those over the age of 50. It is particularly painful and disabling. Rhizarthrosis can be accompanied by tendinitis. A genetic background is not to be excluded. Repeated movements are a well-known cause: typing on a computer keyboard, cooking, sewing, writing, tinkering, cleaning, playing certain sports ...

Symptoms: repetitive movements who become very painful, driving or dressing, opening a door or a bottle, combing your hair or cleaning up can seem overwhelming. The thumb becomes stiff (especially at the base) with severe pain at its base. In the long term, we can observe a deformation of the finger which bends towards the palm of the hand.

Fibromyalgia is a condition characterized by chronic musculoskeletal pain, which is often accompanied by side symptoms such as extreme fatigue, sleep disturbance, headache, depression or joint stiffness. Scientists cannot determine its etiology, as this pathology presents a huge number of different symptoms. Current treatments offer a better quality of life to suffering patients, without neglecting the psychological aspect of their condition.

Osteoporosis is a chronic disease that weakens the bones. When the destruction of bone tissue takes precedence over its formation, its total mass decreases. The consequence is an increased risk of fracture. Osteoporosis is particularly common in women after menopause, but can also affect men. Fortunately, solutions exist to prevent and treat osteoporosis.